En ces temps de confinement liés au virus Covid-19, les scientifiques nous expliquent pourquoi ces mesures drastiques d’isolement et de « distanciation sociale » sont si importantes pour casser la chaine de propagation de la maladie. Cet effort de restriction de nos activités et liens sociaux nous contrarie alors que dans de nombreuses situations, nous appliquons déjà certaines de ces mesures de bon sens, comme avant de passer un examen important, mais sur des temps plus courts. Dans le domaine de la course au large, les marins sont particulièrement aguerris à ces mesures de confinement notamment quelques jours avant le départ d’un tour du monde à la voile. En effet, vivre à 12 personnes dans un espace plus petit qu’un salon, 24H/24H sans se contaminer par un rhume, une grippe ou une angine dans des conditions météorologiques changeantes, revêt de l’exploit ! Pour cela, des mesures simples sont mises en place, avant, pendant et après la course. Certaines pourraient bien inspirer notre quotidien.

La prévention : de manière générale, les virus ont besoin d’un support organique pour vivre et se disperser. L’eau de mer à elle seule ne peut être un vecteur de propagation. Ce sont les personnes qui diffusent et transmettent ces virus. Concernant l’équipage, outre la visite médicale obligatoire, les marins sont vaccinés et toute l’année ils sont formés aux premiers gestes d’urgence. Au large et loin des côtes ils doivent être capables d’interventions médicales courantes.
Quelques jours avant le départ, le bateau est nettoyé et désinfecté de fond en comble et les invités à bord sont rares pour éviter toute contamination. On sait maintenant que les virus vivent quelques heures sur des objets et matériaux inertes.

Préparation Jules Verne

Durant la course : une fois isolé du reste du monde, l’équipage se trouve confiné à bord du maxi-trimaran. Sur le bateau, chacun se dépense énormément physiquement. La bonne gestion du sommeil est importante pour rester performant et ne pas tomber malade. L’avitaillement pour plusieurs dizaines de jours a été préparé en amont et l’équilibre alimentaire est respecté en cohérence avec les conditions météorologiques du lieu. Il est important de bien se nourrir. Chacun a sa gamelle numérotée ce qui évite de transmettre d’éventuels microbes aux autres. Bien entendu les geste barrières sont de rigueur, même si avec 60 litres d’eau par jour pour tout l’équipage, il n’est pas question de gâcher !

Si malgré toutes ces mesures un marin tombait malade, l’équipage prendrait conseil auprès du médecin du bord. Il s’agit d’un équipier qui a reçu une formation médicale avancée pour faire face aux maladies et aux blessures. Cet équipier est en relation avec un « vrai » médecin référent à terre et dispose d’une pharmacie très complète à bord du bateau. Chaque médicament ou acte médical apporté fait l’objet d’un suivi par le médecin référent. Selon la gravité, l’équipier malade ou blessé peut assurer son quart ou rester dans la bannette ou encore être évacué. Une évacuation met bien souvent à mal la réussite d’un record mais la vie d’un membre d’équipage sera toujours privilégiée à une performance sportive.

Nous le voyons bien aujourd’hui dans un contexte épidémique difficilement comparable, vivre durant des dizaines de jours confinés nous parait insurmontable. Nous avons donc interrogé nos marins pour connaitre leurs astuces pour vivre le mieux possible cette période imposée.
Pour éviter le stress du confinement ils nous préconisent de :

  • Mettre en place des rituels (un peu comme les systèmes de quart). Une journée rythmée avec des périodes courtes et des activités variées passe plus rapidement et les rituels sont rassurants.
  • Apprendre à apprécier chaque instant, un paysage, une odeur, un film, une musique…
  • Utiliser ses ressources et ses idées pour enrichir le quotidien, faire avec moins…
  • Découvrir ces temps longs qui permettent de méditer, de s’intéresser à d’autres domaines, de s’interroger sur soi, et de mettre en place de nouvelles stratégies de vie, d’organiser ses prochaines activités… jouer et apprendre en s’amusant notamment avec les ressources de Spindrift for Schools !
  • Conserver des temps d’information sur le monde afin de ne pas complétement déconnecter de la réalité notamment quand cette période de confinement sera terminée. Lors du Trophée Jules Verne, l’équipe à terre envoie régulièrement une sélection d’articles et d’informations aux marins, tant sur l’actualité « lourde » que sur les résultats des équipes de football pour maintenir le lien avec la vie à terre.
  • Pensez aux autres, ceux qui sont éloignés mais aussi nos proches et restez vigilants sur leurs éventuels besoins.
  • Et pourquoi pas tenir un journal de bord de cette période ? Ce sera enrichissant par la suite de le relire et le partager avec les autres personnes.

Durant les semaines à venir, nous restons à vos côtés pour rendre cette expérience la plus constructive et la plus enrichissante possible. N’hésitez pas à partager avec nous vos témoignages de confinement, vos photos et idées insolites pour enchanter vos journées. Respectons les consignes de sécurité et les gestes barrières pour se protéger et protéger les plus fragiles d’entre nous. A très vite !

L’équipe Spindrift for Schools

Laisser un commentaire