Par Dona Bertarelli

Mon « Everest » a été cette aventure extraordinaire qu’est le Trophée Jules Verne.

Je me suis préparée pendant trois ans et je l’ai ensuite vécue, un jour après l’autre, pleinement, fortement, passionnément, les yeux grands ouverts sur le monde, sur moi et ceux que j’aime, dont Yann qui m’a ouvert les portes du grand large. Mon plus grand bonheur a été de partager mon aventure avec les écoliers qui nous suivaient dans le cadre de notre programme « Spindrift for Schools ». Tout au long de ces 47 jours passés à bord de Spindrift 2, j’ai écrit une série d’articles intitulés « Out of the Classroom », inspirés de mes observations, notamment mes rencontres avec la faune marine, les phénomènes climatiques et les lieux incroyables que nous avons pu apercevoir lors de ce tour du monde. Nous n’avons pas battu le record, mais quel plus beau cadeau que de partager les enseignements d’un tour du monde à la voile et de faire vivre au travers de mes récits l’aventure de Phileas Fogg, une aventure des temps moderne.

Spindrift 2 a levé l’ancre le 16 janvier 2019 pour tenter une nouvelle fois de remporter le Trophée Jules Verne. C’est avec une pointe de nostalgie que je partage à nouveau mes articles, pour vous donner un aperçu de cette merveilleuse aventure.


Tristan da Cunha et l’île Gough

C’est notre onzième jour de course. Notre route devait nous amener tout près de l’île Tristan da Cunha et l’île Gough, dernières terres de l’Atlantique sud, mais nous avons réussi à rester devant un front qui nous amène tout droit vers le Cap de Bonne Espérance. Nous sommes donc aujourd’hui à 200 miles au Nord de ces deux îles.
 
Cet archipel volcanique se trouve au cœur de l’Atlantique Sud, quasiment à distance égale entre le Brésil et l’Afrique du Sud, respectivement 2 700km et 3 200km. Considérée comme la terre la plus isolée du monde, non seulement par son éloignement mais aussi par son accès difficile à cause des conditions climatiques à cet endroit du globe, les bateaux sont rares car il faut compter 6 jours de mer pour rejoindre Tristan da Cunha depuis Le Cap. Alors quelle n’a pas été la surprise des 250 habitants de l’île lorsque le 26 novembre 2011, l’équipage du Puma prenant part à la Volvo Ocean Race débarque sur l’île après avoir démâté ! Ils y resteront quelques jours en attendant d’être rapatriés par un cargo.
 
Tristan da Cunha est la plus grande des deux îles culminant à 2 060 mètres d’altitude. Découverte en 1506 par le navigateur portugais qui porte aujourd’hui son nom, Tristan et Gough font aujourd’hui partie d’un territoire britannique d’outre-mer et sont inscrites au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.
 
L’île Gough se situe dans les 40ème rugissants à 350 km au Sud-Est de Tristan da Cunha. Cette île est encore plus sauvage et inhospitalière. Aujourd’hui c’est un parc naturel où l’on y trouve des colonies d’éléphants de mer et des otaries à fourrure ainsi que de nombreux oiseaux. Plusieurs milliers de souris introduites non intentionnellement par l’homme mettent aujourd’hui en danger la biodiversité de l’île et la nidification des oiseaux.
 
Les eaux sont riches car à cette latitude, les eaux froides antarctiques rencontrent les eaux tropicales et créent des tourbillons qui entrainent à la surface des aliments nutritifs attirant poissons, poulpes, crustacés, étant à leur tour, le repas idéal des oiseaux.​